Club lights, we fight every night. - Ft Draco.

 :: Londres Moldus :: Soho :: Trafalgar square Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lun 2 Déc - 17:45




Club lights, we fight every night.« Walk away as the door slams (door slams), You got blood on your poor hands (poor hands) » — walk away as the door slams - Lil Peep« Eh, Orion, hein dit que tu étais là, avant-hier, que ce type a fait voler une poubelle devant le bar ?
-Hein ? Tu relèves la tête, et tu cesses d’essuyer le verre que tu tiens dans les mains. Un cliché, voilà ce que tu es, incapable de faire deux choses en même temps. Ouais, ouais…
-Alors c’en était un ? Demande le client avec lequel ton collègue papote. Un de ces magiciens bizarres ? Vous y croyez maintenant ?
-Oui. Répond le jeune homme qui t’a appelé.
-Non. Tu réponds en même temps. »

Et voilà, c’est reparti. Tu as beau faire des pieds et des mains pour expliquer aux gens que toutes ces histoires de magiciens, sorciers, baguette, ça n’a aucun sens logique, le sujet finit immanquablement pas revenir sur le tapis. C’est à cause de ce qu’il s’est passé ces derniers jours dans les rues de Londres, tu le sais… mais toi, ça t’emmerde à un point, c’est inimaginable.

Avec un lourd soupire, tu abandonnes la conversation pour finir ton service. Il ne te reste qu’un quart d’heure à tuer avant la fermeture de minuit, comme tous les débuts de semaine. Et tu es si concentré pour ne pas entendre leur conversation, l’air vraiment bougon, que le temps s’échappe et que tu sursautes presque quand ton collègue te souhaite une bonne soirée.

Enfin ! Tu ranges ton chiffon, nettoies une dernière fois le comptoir du bar où tu restes presque tout le temps (tu ne le quittes que pour aller jeter des trouble-fête dehors) et tu ressors de “la Grotte” directement dans la rue. Il fait froid. Complètement englouti dans ton sweat noir bien trop grand (il doit appartenir à ton frère d’ailleurs, tu traverses Tafalgar Square avant de tourner dans une ruelle silencieuse.

Tu le sais, Orion, que les rues ne sont plus sûres depuis que tout le monde se monte la tête contre tout. Pourtant, tu ne réfléchis pas vraiment et tu te perds dans ce morceau de quartier qui glacerait le sang de bien des piétons. Toi, juste, ça ne t’atteint pas. Les écouteurs dans tes oreilles noient de musique le silence inquiétant et tes yeux sur le sol piquent de fatigue. Jusqu’à ce que tu t’arrêtes, brusquement…

Tu n’as rien vu, rien entendu et pourtant. Te voilà planté au beau milieu du chemin sombre, la tête relevée et les yeux grands ouverts. Tu regardes, comme si tu cherchais des yeux l’explication de cet arrêt dans ta marche. Et finalement, alors que l’air semble devenir plus lourd, un sourire traverse ton visage et tu t’accroupis en tendant la main devant toi, vers les yeux jaunes lumineux qui sont apparus entre deux sacs-poubelle.

« Hey, je te pensais absent ce soir. Viens là mon beau, j’ai pris un peu de thon pour toi dans mon sac. »

Et te voilà à attirer un chaton noir vers toi, en lui parlant doucement et en émettant une sorte de sifflement doux, avec cette naïveté enfantine sur le visage.
๑ Moldu
Orion J. Kaczynski
๑ Date d'inscription : 30/11/2019
๑ Messages : 58
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur


Falling Down
Let's watch the rain as it's falling down.
© Dune
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Déc - 18:13
Club lights, we fight every night.
drago & orion

Un peu plus d’une année, c’était visiblement suffisant pour que les choses changent du tout au tout. Il suffisait de poser les yeux sur toi, Drago, et d’analyser un peu ce qui restait de ton existence pour mesurer l’ampleur de la situation et franchement, bien trop souvent, tu en venais à te dire que si ton père pouvait te voir, tu aurais droit à bien des jurons, et au moins le triple de jugements acides. Tu n’avais de toute façon, plus une très haute opinion de toi-même … si on allait plus loin, qu’on retournait deux, voir trois années en arrière, on tombait sur un Drago cherchant l’approbation de son paternel par tous les moyens. Un gamin pourri par son éducation, haïssant les moldus, les nés moldus, et dépréciant les sang-mêlé pour des raisons qu’il ignorait lui-même.

Ce soir, pourtant, tu étais au cœur même du territoire Moldu, et tu venais de faire au moins deux bars, ainsi qu’un salon de thé et une librairie pour questionner, puis effacer la mémoire de quelques moldus de plus pour tenter d’enrayer ces histoires déplaisantes de secrets magique bafoué. Toi, tu ne savais pas quoi en penser. Si jadis, tu avais toujours eu une opinion relativement tranchée sur les choses importantes, aujourd’hui, tu semblais ne plus en être capable. Peut-être parce que tu ne savais pas raisonner par tes propres moyens. Il était peut-être là, le soucis, Drago, tu n’étais qu’un pauvre suiveur dépourvu de guide. Tu te contentais de faire ce que l’on te demandait et si, de temps à autre, ça réussissait à t’arracher une grimace écœurante, finalement, la plupart du temps, tu te mettais à te dire que c’était probablement bien mieux comme ça, dans l’état actuel des choses.

Ta baguette sombre bien dissimulée dans ta manche, tu t’avances dans la ruelle. Tu comptais t’occuper de tout le monde dans ce bar, mais ce type tatoué était sorti avant que tu ne puisses y entrer, du coup, tu avais pris la décision de le suivre pour t’occuper de lui plus simplement. Silencieusement, tu lui avais emboité le pas, et tu t’étais dit que c’était parfait, qu’à emprunter des chemins si sombres et si isolés, il te facilitait grandement la tâche. Franchement, ça n’était pas de refus. Tu ne l’admettrais jamais devant personne, mais tu devais avouer avoir un mal de chien à t’approprier cette fichue baguette. Peut-être était-ce de ta faute. Après la guerre, tu t’étais retrouvé désarmé, la baguette que tu avais obtenue à tes onze ans définitivement perdus, tu avais insisté auprès d’un fabriquant pour en obtenir une en tout point similaire à celle que l’on avait égarée pour toi. Même taille. Même couleur. Même bois. Même cœur. Et pourtant … si tu maniais la première avec grâce et agilité, cette baguette toute neuve semblait refuser catégoriquement de coopérer. Par conséquent, lancer un sortilège des plus simples était devenu une véritable épreuve de force.

« Excusez-moi. » Après un soupire et une demi grimace face à la politesse dont tu es bien obligée de faire preuve, tu t’avances d’un pas ou deux vers le jeune homme. Il s’était accroupi dans une ruelle, tu y avais vu l’opportunité de tâter le terrain avant de lancer ton sort. Quelques minutes suffiraient, comme toujours. « Je suis à la recherche d’un hôtel … Londres m’est encore inconnu, et ces histoires de sorciers armés de baguettes m’inquiètent, je le crains. Savez-vous où je pourrais me loger pour le reste de la nuit ? »
Made by Neon Demon
๑ Sang Pur
Drago Malefoy
๑ Date d'inscription : 01/12/2019
๑ Messages : 33
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Déc - 20:07




Club lights, we fight every night.« Walk away as the door slams (door slams), You got blood on your poor hands (poor hands) » — walk away as the door slams - Lil PeepTu n’as rien entendu venir et pour cause. Tu es complètement perdu dans tes pensées et la musique qui se cessent de se déverser dans tes oreilles te rend également distant de la réalité. Il te faut une voix, qui fait reculer le chaton dans les poubelles pour comprendre que tu n’es pas seul. Avec une habitude agrémentée d’ennui, tu fais glisser l’un des deux écouteurs de ton oreille et tu te relèves pour faire face à l’homme égaré.

C’est un grand blond, comme tu l’es en ce moment aussi. La majeure différente, si on omet qu’il a l’air naturellement blond et que toi tu t’es décoloré les cheveux à outrance, c’est que ce type a l’air trop bien habillé pour la ruelle. Il parle lentement et tu ne peux pas t’empêcher de lever les yeux au ciel en entendant ses craintes.

Pendant quelques instants, le flow d’Eminem dans Rap God rebondit de ton écouteur aux murs de la petite ruelle, et finalement tu te bouges. Tu fais un pas vers ce type qui n’a certainement pas demandé à être pris dans les craintes superstitieuses des Londoniens. Avec un sourire rassurant, tu réponds enfin :

« Il y a des hôtels du côté de Trafalgar Square, je crois. Si vous voulez, je peux vous accompagner pour ne pas que vous vous perdiez. »

Tu es doux, comme tu l’as toujours été avec tout le monde. Tu fais signe à l’homme de ne pas bouger quelques secondes et quand tu ramènes ton sac à dos devant toi, tu en sors un petit Tupperware que tu ouvres et vides à proximité des poubelles, pour ton ami félin. Enfin tu peux ramener ton attention sur lui.

« Désolé, fallait que je fasse ça avant d’oublier. Cette pauvre bête meurt de faim. Tu relèves les yeux vers sur, directement dans les siens. Leurs gris te mettent un peu mal à l’aise, mais tu te forces à rester agréable. Vous pouvez souffler, vous savez. Ces histoires de baguettes et de magies, ce n’est qu’un effet de foule. Les gens se persuadent les uns les autres qu’ils ont vraiment vu quelque chose, mais si la magie existait, j’vous le dis, on aurait une vie bien différente ! »

Tu ris. C’est tout ce que tu ressens face aux murmures précipités de ceux qui y croient dur comme fer. T’es pas très intelligent, mais là c’est surtout les gens qui t’entourent qui sont les plus cons. Sans vraiment penser au danger de rencontrer un inconnu dans cet endroit ni à ce que ton instinct te souffle, tu t’avances pour lui tendre la main.

« Orion, j’bosse pas loin. Et j’suis un des fameux “témoins” de ces pseudo-magiciens. J’vous le dis, moi, ça n’a rien de très impressionnant. Suffit de regarder des vidéos de magiciens connus et on comprend vite que ce ne sont que des tours de passe-passe. »
๑ Moldu
Orion J. Kaczynski
๑ Date d'inscription : 30/11/2019
๑ Messages : 58
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur


Falling Down
Let's watch the rain as it's falling down.
© Dune
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Déc - 20:44
Club lights, we fight every night.
drago & orion

Si on te le demandait, tu dirais certainement que tu aspires à faire ça vite, parce que tu n’as pas de temps à perdre. La vérité, c’est que tu as justement bien trop de temps à perdre ces derniers temps, Drago. Si ton job est loin de te plaire, si ce que tu fais n’a, en effet, rien d’enrichissant, être dehors à effacer les souvenirs de quelques crétins de moldus est toujours moins gênant que les rares fois où tu rentres encore dans ce Manoir que tu n’oses même plus appeler ton « chez toi ». C’est bien simple, entre ta solitude, et la dépression de ta pauvre mère, sans compter les souvenirs douloureux que contenaient les murs de l’endroit, y passer du temps était quasiment devenu un supplice.

Alors tu souffles. Tu pourrais probablement user de force … après tout, s’il s’agit bien d’un homme, probablement plus vieux que toi, sa corpulence t’indique que tu pourrais probablement y parvenir. Pour autant, tu avais toujours préféré jouer de subtilité. Pour cette raison, tu le laisses se redresser, se tourner dans ta direction et te répondre calmement. Tu fais mine d’observer les alentours, comme si tu cherchais à t’y retrouver alors que, depuis le temps, tu connaissais sans doute Londres par cœur. Le pire dans tout ça, c’est que tu n’estimes pas avoir l’air d’un touriste, présentement … la bonne nouvelle, c’est que cet Orion, face à toi, ne semble pas s’en soucier outre mesure, au contraire. Il a tout avalé. Et comme une vieille habitude récalcitrante les mots « stupide » et « moldu » passent dans ton esprit, te faisant grimacer. C’est pire Drago, lorsqu’il te tend sa main … parce que clairement, tu te rends compte à quel point les enseignements de ton père sont ancrés en toi au moment précis ou tu vois bien que tu es parfaitement incapable de la lui serrer, ne serait-ce que par politesse, pour donner le change.

« Vous n’y croyez pas ? » Ses mots te surprennent, bien entendu. Finalement, ce serait peut-être plus facile que prévu, s’il pensait lui-même, sans avoir besoin d’un sortilège, que tout ce qui se racontait était faux alors … tant mieux. Tu te détournes légèrement, tu ressers ta veste, pour lutter contre le froid hivernal. Ses yeux d’argent sont fixés sur le moldu, plissés en un regard des plus suspicieux. Tu étais partagé. Encore une fois entre un pseudo soulagement, et l’idée que ce pauvre type était sans doute complètement crétin. « Qui vous dit que ça n’est pas le cas de certaines personnes ? Mh ? » … Tu es censé le faire oublier. En fait, tu devrais jouer l’homme apaisé, le remercier, et t’en aller. Pourtant, la naïveté stupide de ce pauvre garçon, sans doute un peu simple d’esprit a le don de t’irriter au plus haut point. Si tu le pouvais, Drago, tu lui en mettrais plein la vue, toi, avec tes « tours de passe-passe ».

Heureusement, tu te reprends assez rapidement. Tu te redresses, le dos bien droit, tu fais un pas en arrière, un de plus sur le côté. « Accompagnez-moi. » Tu n’as décidément plus l’air d’un touriste du tout, avec ton arrogance bel et bien de retour, ta fierté de sorcier, et ta posture d’aristocrate. « Qu’est-ce qui vous fait penser que tout est faux ? Les témoignages et les … preuves sont pourtant nombreuses. Je me trompe ? »
Made by Neon Demon
๑ Sang Pur
Drago Malefoy
๑ Date d'inscription : 01/12/2019
๑ Messages : 33
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Déc - 21:03




Club lights, we fight every night.« Walk away as the door slams (door slams), You got blood on your poor hands (poor hands) » — walk away as the door slams - Lil Peep
« Nan ! Et les autres feraient bien d’ouvrir les yeux parce qu’il n’y a clairement aucune raison d’y croire ! »

Tu souffles lourdement alors que l’homme refuse ta main. Comme si ça ne te faisait rien (et sûrement que dans le fond ça ne te fait rien), tu ramènes ta main dans la poche ventrale du sweatshirt dans lequel tu t’es abrité. Sans laisser la capuche retomber, parce qu’il fait quand même sacrément froid en ce moment, tu finis par te mettre en marche, sur son impulsion.

D’un mouvement qui est devenu habituel, tu ramènes ton sac dans ton dos, simplement porté d’une épaule, et tu repars sur tes pas, en compagnie de ce jeune homme qui, s’il a l’air perdu, n’a clairement pas le même niveau de vie que toi. Pendant quelques instants, tu restes muet en te faisant la remarque qu’à force de faire des détours, tu vas encore rentrer à pas d’heure chez toi, et puis tu finis par hausser les épaules. T’es plus à ça prêt.

« Je ne vois pas pourquoi du jour au lendemain la magie existerait. Quand bien même elle existerait depuis longtemps, on aurait forcément eu vent de ça, d’une manière ou d’une autre. Franchement, ça n’a aucun sens. Je suis sûr que c’est une manipulation du gouvernement pour cacher la bavure du policier… »

Parce que c’est ça que tu retiens le plus, toi. Ce type qui a paniqué devant un gamin qui faisait un tour de passe-passe et qui l’a abattu. Sauf que là où tout le monde voit une preuve de la “magie”, toi tu viens d’un quartier où la police faisait souvent ce genre de bavure. Et tu sais qu’on ne voulait pas que ça se sache. Alors là, en plein Tower Bridge, ça ne t’étonne pas que le gouvernement invente une pseudo théorie du complot pour détourner l’attention.

« Puis bon, y’a bien des traces dans les champs et des gens qui disent avoir été enlevés pendant leur sommeil, mais tout le monde s’accorde à croire que les extraterrestres n’existent pas, alors j’ai envie de dire que la magie, ça n’a pas plus de sens. Tu secoues la tête en lui jetant un coup d’oeil de côté. Ça en a même moins, quand on voit ce que les magiciens célèbres sont capables de faire croire ! »

Tu frissonnes parce qu’en sortant d’une petite ruelle, un coup de vent vient te secouer de plein fouet. Tu frottes tes bras de tes mains croisées en claquant des doigts pendant quelques instants, avant de reprendre, en riant sincèrement.

« Vous y croyez vraiment à tout ce pataquès idiot ? »
๑ Moldu
Orion J. Kaczynski
๑ Date d'inscription : 30/11/2019
๑ Messages : 58
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur


Falling Down
Let's watch the rain as it's falling down.
© Dune
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Déc - 21:29
Club lights, we fight every night.
drago & orion

Tu ne sais pas bien ce que tu fiches, Drago. Tu passes le temps, sans doute, et tu en profites pour t’instruire un peu, probablement. C’est marrant, hein, mais durant ces stupides cours sur la culture Moldue que tu as pu recevoir à Poudlard, tout était toujours fait pour faire penser que les Moldus étaient, au final, des créatures intelligentes. Doués d’un certain savoir faire qui leur permettait de se faciliter la vie, et ce, sans aucune trace de magie. Alors oui, Drago tu étais capable d’admettre que leur … comment est-ce qu’ils appelaient ça déjà ? Ah. Oui. Leur technologie et leur science, avait quelque chose de brillant. Cependant, le spécimen qui se trouvait actuellement dans ton champ de vision, lui, était complètement hors des clous. Plus dans l’image que tu t’étais toujours faite de ces étranges moldus.

« Vous ne vous êtes jamais dit que la magie pouvait servir à dissimuler tout ça, justement ? » Pour toi, forcément, c’était logique. Tout était faisable avec les connaissances, et une bonne maîtrise. Un sort. Une potion. On arrivait tout, alors forcément, quand il s’agissait de manipuler des idiots pareils, c’était facile. « Dés lors qu’on parle de magie, les possibilités sont grandes. Du moins j’imagine. » Et tu te rattrapes un peu aux branches, avec tes derniers mots. Parce que subitement, tu t’étais remis à te conduire comme le sorcier que tu es.

Tu ne manques pas de secouer la tête, plusieurs fois, lentement, de gauche à droite, comme pour bien montrer qu’au fond, tu trouves sa position complètement ridicule. Si tous les Moldus pouvaient être comme lui, finalement, ça arrangerait les affaires de bien des sorciers, toi y compris. Pourtant, tu ne pouvais pas t’empêcher de sentir une sorte de rager monter en toi à chaque fois que tu l’entendais trouver des raisons et des explications toutes les plus invraisemblables les unes que les autres. Pour lui, c’était peut-être normal. Pour toi, ça frisait l’absence d’intelligence. « Des extraquoi ? » Tu as tourné la tête vers lui, un peu trop vivement. Bon sang, tu avais l’impression d’être de retour à Poudlard, non loin de la table de quelques nés Moldus en train de débattre de choses incompréhensibles pour un sang-pur dans ton genre.

Et voilà que tu détournes le nez. Un peu rageusement. « Peu importe ce que j’en pense. » Oh, Drago, par pitié. Un enfant. Voilà ce que tu étais, quand tu étais contrarié. Du moins, c’est comme tel que tu avais la fâcheuse tendance à te comporter. « Vous devriez vous méfier, croire en certaines choses peut permettre de faire preuve de prudence. » Mais oui, vas-y, continue à faire l’inverse de ce que tu es censé faire ce soir. Mh ? Quoi ? Qu’est-ce que tu dis ? Tu lui feras oublier tout ça de toutes façons ? C’est une façon de voir les choses. En effet.
Made by Neon Demon
๑ Sang Pur
Drago Malefoy
๑ Date d'inscription : 01/12/2019
๑ Messages : 33
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 2 Déc - 21:52




Club lights, we fight every night.« Walk away as the door slams (door slams), You got blood on your poor hands (poor hands) » — walk away as the door slams - Lil Peep
Tu t’arrêtes de marcher en entendant sa question. La magie pour dissimuler la magie ? Dis comme ça, ça semble logique et c’est certainement pour ça que tu tires une drôle de tête, les sourcils froncés et la bouche tordue sous la réflexion. Tu hésites, tu cherches et finalement tu finis par te remettre en route en répondant, avec cette naïveté qui te caractérise bien trop :

« Si la magie peut dissimuler les choses, pourquoi tout le monde en parle ? Ça n’a pas de sens. Si vraiment on peut… j’en sais rien disons effacer la mémoire de la magie chez les gens, pourquoi y’a-t-il autant de monde dans la rue qui beugle que ça existe ? Nan, ça n’a aucun sens. »

Tu te renfrognes, parce que pendant quelques instants tu as vraiment cru que tu tenais la une bonne explication pour croire, à ton tour, en la magie, mais finalement non. Parce que c’est ça le plus drôle, Orion. Tu es un type qui manque cruellement d’espoir et de rêve, et c’est certain que la magie, si ça existait, pourrait redonner un peu de couleur à ta vie ! Mais voilà, tu n’es pas aussi crédule que ça !

Par moment, tes yeux glissent sur la silhouette de l’inconnu qui t’accompagne toujours. Il a l’air nerveux, peut-être même énervé, et idiot que tu es, tu mets ça sur le compte de la nervosité à cause du FAM et autre manifestation. Le pauvre, s’il n’est pas familier avec les rues de Londres, tout cela doit être quand même sacrément déroutant.

« Quelle prudence ? Franchement si un de ces cons qui fait partie du FAM ou clame à tout le monde que la magie existe vient me chercher des emmerdes, je lui foutrai mon poing dans la gueule aussi sec. Tu râles, et te voilà maintenant de bien mauvaise humeur. J’ai pas peur des illuminés qui croient à ces conneries du gouvernement ! »

Tes poings se serrent dans la poche centrale de ton habit et tu continues de marcher en te taisant quelques instants. Tout ceci te met un peu plus de mauvaise humeur chaque jour qui passe… quelle horreur. En vrai, tu n’as qu’une hâte : que le gouvernement démente les rumeurs et que la vie redeviennent comme avant…

« Je ne comprends pas pourquoi vous insistez sur le sujet. Vous avez des infos que je n’ai pas ? Vous aussi vous avez cru voir quelque chose ? »

Et voilà, tu finis par devenir suspicieux parce que même si tu es une bonne poire et que tu acceptes facilement la compagnie d’un inconnu au comportement un peu bizarre, tu commences à avoir des doutes maintenant.
๑ Moldu
Orion J. Kaczynski
๑ Date d'inscription : 30/11/2019
๑ Messages : 58
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur


Falling Down
Let's watch the rain as it's falling down.
© Dune
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Déc - 12:29
Club lights, we fight every night.
drago & orion

Il trouve toujours quelque chose à redire, hein. Toujours. En fait, c’est comme s’il refusait d’y croire, catégoriquement. Peut-être de la crainte. Toujours est-il qu’il est dans le faux, encore, et encore, et tu as des explications pour contrer chacun de ses arguments, et au fond, tu es plutôt fier de toi, parce que c’est bien connu, Drago Malefoy à toujours réponse à tout. Pour autant, bien trop vite, tu juges qu’il ne vaut pas la peine que tu te mettes à débattre avec lui plus que nécessaire. Ce serait une perte de temps, puisque, rappelons-le, tu es là pour effacer toute éventuelle trace de magie de son esprit étriqué. Franchement, était-ce si compliqué de se rendre compte que même avec de la magie, les sorciers du ministère, comme toi, ne pouvaient pas être partout. Vous étiez des dizaines, en ce moment même, en train de sillonner les rues de la Capitale pour supprimer des souvenirs, pourtant, chaque nouvelle campagne « d’Oubliette » semblait être un coup dans l’eau. Rageant. Absolument rageant, n’est-ce pas ?

Tu hausses les épaules. C’est ça, oui, mets-toi à son niveau d’ignorance, ce sera probablement bien plus facile à gérer au final. Oui. Oui, mais voilà, Malefoy, toi qui te vantes régulièrement, à qui veut l’entendre, que tout de même, tu es doué d’un certain intellect touchant à bien des domaines, sur ce coup-là, tu n’as pourtant pas été très malin. Tu as laissé ta fierté déborder, comme souvent, tu as amené cette pauvre âme sur des chemins que tu aurais mieux fait d’éviter et les conséquences sont là. Non seulement, tu relèves une pointe d’agacement dans ses propos, mais en plus, voilà que la discussion change de main et qu’il se met à son tour à te poser des questions. Si tu avais l’audace et le cran de le regarder, tu noterais en plus son regard suspicieux mais tenons le pour dit, tu préfères éviter.

« Je trouve le concept fascinant, voilà tout. Pourquoi pensez vous que je suis ici ? » Ce qu’il y a de bien avec toi, c’est que tu as un don pour le mensonge. Ça vient naturellement, sans la moindre trace d’hésitation ce qui fait que, selon tes critères, généralement, tu es plutôt convaincant. Un vrai numéro. Tu mériterais un prix, tiens, assurément. « Cependant, je trouve surprenant de constater à quel point vous vous acharnez à ne pas y croire quand plus des trois quarts de ce pays ne fait que sombrer dans la panique la plus totale. » En clair, soit c’était de la folie, soit c’était du génie. « J’en suis à me demander si vous êtes complètement crétin, ou l’exact opposé, pour être honnête. » Et Salazar savait à quel point il était rare que tu le sois, honnête.
Made by Neon Demon
๑ Sang Pur
Drago Malefoy
๑ Date d'inscription : 01/12/2019
๑ Messages : 33
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Mar 3 Déc - 15:21




Club lights, we fight every night.« Walk away as the door slams (door slams), You got blood on your poor hands (poor hands) » — walk away as the door slams - Lil Peep
Ça commence à te titiller sur les nerfs, cette histoire. Si tu ne t’enflammes pas de colère parce que le type à côté de toi n’a rien fait pour supporter ta mauvaise humeur, tu ne peux pas t’empêcher de t’échauffer. Si la population continue de croire dur comme fer à cette pseudo magie, c’est aussi parce qu’il y a des types comme lui qui semblent complètement fasciné par ces histoires.

Ah bah tiens, il vient le confirmer alors que tu penses justement ça. Tu soupires et tu continues de lui ouvrir le chemin même s’il pourrait presque mener la marche. C’est marrant, Orion, parce que si tu étais un peu plus intelligent, tu te rendrais compte qu’il a l’air de savoir où il va. Et ça te mettrait peut-être la puce à l’oreille.

« Visiblement pour alimenter la théorie… Tu marmonnes en réponse à sa question. Si vous êtes un peu attentif à ces événements, vous serez vite déçu. »

Et tu continues, tu fonces droit dans la porte que tu as déjà ouverte en grand. C’est fou comme tu peux être entêté et redondant quand tu t’y mets. Puis ce type-là ne t’aide pas non plus à calmer tes ardeurs. La preuve, il revient à la charge et tu l’écoutes d’abord avec surprise, avant de rire franchement, dans un son qui est presque enfantin.

« On me le dit souvent et j’reconnais que je me classe moi-même plutôt dans la catégorie des crétins. Tu ris encore, et quand tu secoues la tête pour te calmer, ta capuche tombe en arrière, révélant ta chevelure décolorée et mettant en avant le nombre de tatouages étranges qui ornent la peau de ton visage. Mais j’m’en fiche, pour être honnête. Y’a trop de contre-arguments à cette histoire de magie pour que j’y crois. J’préfère autant que ça n’existe pas plutôt que je me prenne à espérer quelque chose qui ne viendra jamais. »

Oh oui, c’est ça, Orion. L’espoir, c’est ce qui alimente le plus ta volonté de ne pas y croire et ton doute. Tu sais que si tu venais à nourrir de l’espoir sur la magie, alors tu finirais immanquablement pas tomber encore plus bas que tu ne l’es déjà. Et ça, tu vois, tu n’en as plus vraiment envie.

« Mais vous pouvez juste considérer que je suis con, j’vais pas vous en vouloir. En tout cas, si vous voyez un de ces pseudo magicien et qu’il vous convainc, alors on pourra dire que vous êtes juste dans la norme, pour votre cas. »

C’est une moquerie bien plus qu’une attaque. Tu souris alors que vous atteignez enfin la place de Trafalgar. Tes yeux font le tour des devantures et tu finis par demander, avec un air un peu maladroit, parce que tu n’aimes pas vraiment présupposer de ce que sont les gens.

« Vous recherchez quel genre d’hôtel ? J’imagine que vous avez les moyens pour ceux qui sont ici ? »

Du luxe au grand luxe, vue sur la statue et autre joyeuseté que tu n’auras jamais les moyens de t’offrir personnellement.
๑ Moldu
Orion J. Kaczynski
๑ Date d'inscription : 30/11/2019
๑ Messages : 58
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Dim 15 Déc - 16:52
Club lights, we fight every night.
drago & orion

Tu as été trop loin. Même toi, tu le sais, parce que maintenant, tu es capable de t’en rendre compte. Il y a du progrès, en effet, il y en aura davantage lorsque tu seras capable d’anticiper, et de ne pas le faire justement, plutôt que de t’en rendre compte bien trop tardivement. Pour l’heure, te voilà à te pincer les lèvres tout en fixant les lueurs pas si lointaines d’une de ces si jolies rues de Londres. Te voilà subitement de moins meilleures dispositions pour travailler qu’en début de soirée, et tu le fais savoir en soupirant, las.

« Vous m’avez l’air d’être un bien étrange … spécimen. » Lâches-tu, lorsque subitement, la capuche glisse le long des cheveux un peu trop longs à ton goût de ce jeune moldu. Tu détailles les tatouages, quelques secondes. Ces cheveux, justement, complètement à l’opposé des tiens, abimés, qui manquent clairement de brillance sous les rayons éclatants de la lune qui brille au-dessus de vos deux têtes. Peut-être es-tu une nouvelle fois relativement impoli, insultant, même. « Espérer ? » Surprenant, n’est-ce pas ? L’espoir, c’est quelque chose qu’on t’avais appris à mépriser. L’espoir d’être libre de ses actes, et de ses choix. L’espoir d’un monde meilleur. L’espoir d’être reconnu. L’espoir d’être vu comme tu es réellement … L’espoir d’une vie meilleure. Tout ce qui avait pu animer Potter, Granger, Weasley, et toutes les personnes qui avaient eu la folle idée de les suivre. « J’ai appris à mes dépends, il y a quelques temps que ceux qui avaient de l’espoir étaient toujours les gagnants, même si tout parait perdu d’avance. » Tu ne sais même pas pourquoi tu lui dis ça, Drago. C’est plus une réflexion personnelle, au final. N’empêche, que ça te fait frissonner et que tu finis par resserrer ton manteau sombre autour de toi, pour te réchauffer un peu.

Lorsque tu te redresses, c’est pour observer les hôtels qui se trouvent autour de toi. Tu n’as pas réellement besoin d’un hôtel, alors, tu te fabriques un sourire poli avant de hocher la tête. « Ça fera très bien l’affaire, en effet. Je vous remercie. » Et puis, tu t’éloignes, fourrant tes deux mains dans tes poches un instant. Tu fais quelques pas, conscient que tu n’as pas terminé ton travail, avec Orion. C’est pour ça que tu t’arrêtes, que tu te retournes, ta baguette entre tes doigts, le sortilège d’Oubliettes au bout des lèvres. « Oh, Orion… » Tu l’appelles, et si ta main se lève durant un instant, elle finit par retomber le long de ton corps. « Bonne soirée. »
Made by Neon Demon
๑ Sang Pur
Drago Malefoy
๑ Date d'inscription : 01/12/2019
๑ Messages : 33
๑ Sexe : Masculin
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wild-Goose Chase :: Londres Moldus :: Soho :: Trafalgar square-